UNE GRANDE CHAÎNE T.V. AU CHÂTEAU LAGARETTE POUR SON « VIN NATUREL » UNE PREMIÈRE!

LagaretteUn reportage sur quoi ? Tout d’abord, sur les manières de faire d’Olympe et Yvon Minvielle, viticulteurs dans le bordelais, sur leurs « savoir-faire », leurs choix, leurs valeurs, leurs technologies, qui tous, contribuent à la production d’un grand vin « naturel » : le vin du Château Lagarette.

Elaborer, élever un grand vin “ naturel “ est un acte important. C’est une production, mais c’est aussi un signe, une manière de rappeler que produire du vin sans produits phytosanitaires, ni produits chimiques, c’est avant toute chose, respecter la santé des consommateurs, la biodiversité, l’environnement, et la nature.

Mais, c’est aussi un reportage pour mieux informer le téléspectateur, sur la nouvelle réglementation européenne (REACH) qui, à l’automne prochain, devrait réguler, de manière plus certaine qu’aujourd’hui, la mise sur le marché de molécules chimiques utilisées dans notre vie quotidienne : l’habitat, l’habillement, l’automobile, la nourriture, et parmi la nourriture, le vin bien entendu.

L’équipe de la Rédaction de France 2 est donc venue au Château Lagarette petit domaine familial, en septembre pour les vendanges Le soleil, hélas, n’était pas au rendez-vous. Beaucoup de pluie. Mais la joyeuse équipe de vendangeurs était là, fidèle au rendez-vous, avec plein de soleil au cœur. Une quarantaine de personnes, comme chaque année, venues d’un peu partout, de Paris principalement, tous amis de la famille, d’Alexandra, de Karl, d’Yvon et d’Olympe. Pas un d’entre- eux ne manquerait, chaque année, ce rendez-vous annuel festif, gastronomique et productif. C’est un moment fort, très fort !

Pour l’équipe de tournage qui débarque, dans cet univers, surprises, étonnements, et toutes sortes de questions :

Pourquoi des mauvaises herbes dans la vigne ? Pourquoi trier les raisins sur le pied ? Pourquoi et comment des champignons dans les vignes ? Pourquoi les ramasser ? Pourquoi des insectes, libellules, scarabés ? Pourquoi autour des ceps, des petits animaux, ver-de-terre, escargots, grillons,?

Et question sensible : Comment fait-on pour ne pas mettre de sulfite* dans le vin ?

« Nos interventions au cours des vinifications, et du vieillissement sont complètement naturelles. C’est notre choix, c’est notre éthique. C’est possible de faire un bon vin sans produits chimiques. (Il en existe plus de 300. C’est de la folie : pour cacher les défauts, modifier le goût, la couleur, donner certains parfums, etc…). Le vin de Lagarette est reconnu et apprécié pour sa qualité, son bouquet de parfums naturels, son soyeux et sa longue garde. « Il ne donne pas mal à la tête ! » A Lagarette, le sulfite est seulement utilisé à dose homéopathique, à très, très faible dose, à la réception de la vendange et parfois juste avant l’embouteillage »

Olympe Minvielle

Dans la bouteille, le vin du château Lagarette présente un taux de sulfite autour de 6 mg ce qui est quasiment nul, comparé aux taux de Ia plupart des vins « conventionnels », « industriels » et même certains « bio » qui se situent entre 50mg et 350 mg. En dessous des 10 mg plancher, aucune mention n’est obligatoire sur l’étiquette. ( Directives européennes de 2003))
Les étiquettes sans mention sont rares !

Et lorsque le consommateur lit depuis le 25 novembre 2005, sur les étiquettes de vin : « Ce vin contient du sulfite », il ne sait pas quel est le taux. Mal informé, il ignore la quantité de produit toxique, qu’il absorbe, quand il boit un verre de vin. Pourquoi ?

Sulfite, pas ou peu de sulfite dans le vin ? : Tout cela marque des différences !

Moment de synthèse pour l’équipe de tournage. Le passage dans le chai de vieillissement du Château Lagarette. Montrer ce que veut dire “ élever “ un vin en barrique. Montrer la pipette au travail. Comprendre ce que veut dire « observer », « goûter », « écouter », le vin, pour décider des interventions «naturelles ».

« Tout cela a du sens, parceque nous défendons une “ viticulture citoyenne “ qui fait du développement durable plus qu’une ambition, une sorte de mission . Alors que certains vident de son contenu, l’idée de développement durable, nous tenons, pour notre part, à Lagarette, à lui donner tout son sens , préserver les terres à vignes, préserver les traditions de vinification, transmettre nos « savoir-faire “ pour que nos enfants puissent les reprendre et les valoriser.
Tout cela n’est que modeste contribution à un combat “ décisif “ entre les partisans des vins industriels, corsetés chimiquement, aux goûts identiques et ceux qui, comme nous,à Lagarette, essayent de défendre des vins authentiques et d’expression, respectueux de la nature et des hommes, soucieux de la santé, de la beauté des paysages et respectueux du “ geste “ du vigneron.
Le film « Mondovino “, de Jonathan Nossiter a ouvert une voie dans laquelle nous nous inscrivons, avec lui et avec tous ceux qui voudront bien nous rejoindre. Il ne faut plus lâcher. Il faut, au contraire, accentuer les coups de buttoir, pour rappeler, ce que peut-être un “ vin citoyen “. Il dit qui il est, et de quoi il est fait. Il refuse tous les habillages et déguisements que les communicants, pas toujours futés, proposent aux vins “ technos “. Aujourd’hui cela se goûte, cela se voit, cela se sait ! »

Yvon Minvielle

Posted 3 October 06, mid-morning by olivier silva

Section: french | Category: Domaines | Chateau Lagarette

|

Copyright Koroli.com | Engined by Txp | Want to write too? | Syndicated by Atom | Rss